Investir en Europe / Investing in Europe  & international influences 

     Immobilier  / Real estate 
SondagesSurvey  
     Culture Interview
 Réseau européen /  European network

FR EN DE IT PT ES

L’association Europe en parallèle a pour objet la promotion d’une information interactive (sondages, interviews, reportages), pluridisciplinaire (économie, géopolitique, culture…), internationale (l’Europe et le monde) et ouverte à tous. Pour réaliser cet objectif, elle publie un magazine annuel bilingue numérique Investir en Europe / Investing in Europe & international influences. (téléchargeable selon certaines conditions: adhérents, membres, étudiants, partenaires, demandez-nous les conditions d'obtention des codes d'accès [email protected]). (actuellement n10 à lire et à réclamer, couverture n10 page magazine; n°9 à télécharger avec les codes, couverture magazine n9 à gauche)

   


Un nouveau modèle de développement : une question de survie


Extrait dans ce dossier de l'interview de Jeanne Riva (JR), rédactrice en chef, posée en juin 2019 à Narcis Georges Matache, acteur politique d’origine roumaine et vivant depuis 7 ans au Danemark depuis ses 18 ans et impliqué dans la vie politique locale, délégué jeunesse des pouvoirs locaux et régionaux au Conseil de l’Europe.

JR-10% des personnes les plus riches ont 85% de la richesse mondiale, comment pourriez-vous changer ce genre d'inégalités? NGM- "Le système capitaliste actuel qui domine le monde a permis à quelques-uns d’accumuler du capital aux dépens du plus grand nombre et de le transmettre de génération en génération. Cela a encouragé les niveaux obscènes d’inégalité aujourd’hui. Pourtant, l’histoire nous a appris que les gens ont une limite de tolérance.Nous pouvons déjà voir des réactions à la croissance des inégalités, certaines même assez violentes. Puis-je résoudre ce problème? Peut-on résoudre ce problème? Peut être. Pour être honnête, je pense que nous devons trouver un système complètement nouveau de répartition de la richesse afin de réduire les inégalités. Pourtant, dans le même temps, si nous suivons les derniers développements climatiques, la richesse pourrait bientôt perdre toute valeur.La richesse a de la valeur dans une société stable. Si une société n'est plus stable et qu'il n'y a plus de lois respectées, la richesse perd de sa valeur. Nous pourrions suivre deux voies de l'avenir: premièrement, nous pourrions réussir à rester positifs et essayer d'atténuer au mieux le changement climatique, ce qui signifierait la création de sociétés à émissions zéro où le système économique actuel ne serait plus présent. Le deuxième cours signifierait un chaos complet à mesure que la société devient de plus en plus instable à chaque événement climatique extrême. Dans ce chaos, ce serait la survie du plus apte, et le capital dans de telles situations ne présente aucun avantage.À mon avis, il faut imposer un plafond sur la richesse qu'un individu peut accumuler, ainsi que sur le capital pouvant être transmis à la génération suivante. Dans le même temps, les individus accumulent des richesses parce que d'autres individus sont prêts à laisser les leurs aller en échange de produits ou de services. Si les individus commencent à produire plus de nourriture, à réparer plus de choses, à posséder moins de choses, et utilisent réellement la richesse uniquement pour leur survie, moins de richesse sera disponible pour les 10% à accumuler. Cependant, ce que nous faisons à propos de la situation actuelle dans laquelle 85% de la richesse mondiale est déjà détenue par 10% de la population. Nous pouvons avoir une taxe sur les transactions financières, une taxe sur le carbone, un excellent outil de prévention de l'évasion fiscale, une taxe de solidarité sur le changement climatique, et la liste peut continuer. De même, si vous remplacez des humains par des robots dans une usine, ceux-ci devraient recevoir une indemnisation tant que les robots travailleront à leur place. "
Lire la suite dans Investir en Europe n°10 




Chine (RPC),

acteur déterminant de la scène internationale


La montée en puissance de la République populaire de Chine (RPC) connaît une forte expansion sur la scène internationale, notamment grâce à la stratégie des « Nouvelles routes de la Soie »[1] et s’imposer comme le garant de la mondialisation face aux tendances isolationnistes des Etats-Unis : volonté être à l’avant-garde de la restructuration dans la gouvernance internationale, investissements chinois dans le multilatéralisme, promotion d’un modèle de développement alternatif, pénétration et diffusion nouveaux standards et normes internationales, promotion vision post-occidentale du monde, etc.

Dans ce contexte, la Chine se lance dans une diplomatie pro-active à l’horizon de 2049 (100e anniversaire de la RPC), orientée sur une dimension stratégique en faisant circuler les données informatiques d’une zone à l’autre via un réseau de fibre optique (5G). L’objectif ainsi visé repose sur une double stratégie : de conquête et de propagation de la paix dans le monde.

 

Ainsi, cette stratégie vise à replacer la Chine au centre des relations internationale, tout en faisant en sorte que les gouvernements étrangers assurent eux-mêmes la promotion des routes de la Soie vis-à-vis de leur population

 

Toutefois, des déséquilibres entravent ce positionnement, tels que : la forte croissance de sa demande interne, les fortes disparités internes et externes, la « diplomatie énergétique », les nouvelles relations, etc.

[1]« One road one Belt », 2013 puis « Belt road initiative » (BRI), 2017.


Lire la suite dans Investir en Europe n10



  


   Envie de partager vos idées?
   Suggérer un sujet que vous     voudriez nous voir traiter?

Enquêtes et interviews sur l'Europe


Résultats des élections européennes 2019

En mai 2019, les populations ont directement élu 751 députés européens pour la Session 2019/ 2024, mais lorsque les Britanniques quitteront l’Union européenne (peut-être en novembre 2019 ou en janvier 2020), le Parlement européen ne comptera plus que 701 députés.


Les 2 partis traditionnels (PPE et S &D) ont toujours été majoritaires jusqu’en 2018 (55% des députés). Désormais, ils devront compter sur d’autres partis pour former une majorité puisqu’ils ne représentent que 44% des députés.



Lire la suite dans Investir en Europe n10